sakalabimi

Bienvenue sur mon blog

Archive pour septembre, 2011

Généalogie de la famille Sakala Lassy: vérités

Posté : 6 septembre, 2011 @ 10:24 dans Non classé | Pas de commentaires »

Dès le 18eme siècle, on trouvait déjà des traces très marquées de la famille Sakala-Lassy dans la région du Kouilou et plus précisément au lieu-dit Tchikoungoula actuellement Pointe noire.
L’ancêtre le plus connu de cette famille fut Nfouk’-Lassy, qui naquit vers 1860. Koùmbi bouilika son village se trouvait à l’actuel emplacement de l’aéroport de Pointe-Noire, entre la base aérienne et la riviere tchinouka encore un petit ruisseau qui coule aussi bien sous les rails que sous l’avenue Marien Ngouabi, vers le quartier Mboukou. Les localités limitrophes de Koùmbi bouilika furent Ntiétié, Mboukou, Mpaka, Mpolo, Tchimani, Ngoyo, Tchibambouka, Mpita, Tchinouka, Malala et Tchimbamba.
Nfouka-Lassy fut un grand chef coutumier très mystique. Une anecdote rapporte que des religieux voulurent évangeliser son village en faisant prévaloir les miracles de la Bible; il marcha sur les eaux de la Loaya devant témoins. d’où son nom “Nfouk’”: odeur, renommée, réclame, puissance.
N’fouk’ Lassi naquit des amours d’une femme du village de Tchimbamba avec le plus vieux et le plus puissant des genies de Tchikoungoula: Mani li Tchimbamba dont le symbole fut Mayàl’ Mayàl’, qui habitait au milieu de la lagune de Loàya sur un îlot boisé. de cet îlot sacré emmanaient des voix et des bruits, des cliquetis, de ses bracelets et colliers dont se parait le genie. il était interdit aux puceau et surtout aux vierges de s’approcher de ce lieu sacré. 
Nfouk’ Lassy eut deux fils: Louisi Sakala dit l’Ancien et  Madè Mva-Sakala , puis une fille: Souami-Fita.   Madè Mva-Sakala  fut le premier gardien du Loumvo, la porte des genies qui se trouve entre la Louaya et la mer à son embouchure. et il était le seul intercesseur (Ntom’si) entre le genie Mani li Tchimbamba et les familles environantes de la lagune( les familles Tchilouandjili, Tchinkati, Tchimbambi, Tchicaya-Linguissi, Nzaou, Malafou, Tchibouanga, Tchitimba-Makaya, Mavoungou, Taty) 
À la mort de Nfouk’ Lassy, son fils ainé Louisi Sakala dit l’Ancien prit sa succession et devint le chef du village, vers 1910. Les colons l’expulsèrent du fait que ceux-ci n’étaient pas parvenus à trouver d’autre site que ce plateau pour y construire une piste d’aéronef en projet. Il partit rejoindre à Tchimbamba, son frère Madè Mva-Sakala qui lui s’était depuis rapprocher de la lagune Loaya; lieu d’habitation du genie tutelaire de leur clan. Entre temps, leur unique sœur, Souami Fita, se maria avec le chef du village de Tchibota au bords de la riviere Tchinouka; à l’emplacement actuel de l’église catholique Saint Pierre et du college technique 12 août.
Le jour de la naissance de Sakala-Louisi dit l’Ancien, vers 1880; le village eut, ce jour-là, la visite d’un prêtre venu de Loango, à la recherche de jeunes enfants pour le nouveau séminaire, lequel donna le prénom de Louis au bébé: « comme le roi de français », dit-il, avant de prédire au nouveau-né une grande descendance. C’est ainsi que tous les premiers nés de la famille portent les nom et prénom de Sakala Louis.

Adolescent, Louisi-Sakala dit l’Ancien prit pour épouse une fille de Bouali (Diosso), au nom de Nzaou nissy. Avec elle, il eut un premier garçon qu’il nomma Louis Sakala dit N’kouloutou, vers 1903 : le père de Louis Sakala dit Tchimbakala et d’Albert Bimi Sakala. le cadet de ses enfants, Matouti Félix; le pere du pasteur Sakala Louis Gaspard naquit vers 1907 d’une mere originaire de Mboukou. S’ensuivit le benjamin Lassy zéphirin vers 1905, le futur prophète qu’il eu avec une fille de Mpita, le pere des pasteurs Sakala andré et Lassy antoine. puis vint Ngombi henriette, la grand-mère de Delphin Makaya. louissi-Sakala dit l’Ancien portait une boucle en or à l’oreille pour son rang élevé dans la hiérarchie du Royaume de Loango. Il pourvoyait en hommes la Compagnie des Batignoles , pendant la construction du chemin de fer. C’est à sa mort que ses fils se résolurent à s’expatrier au Congo Belge en passant par le Cabinda.    

Sakala louissi l’ancien fut un comtemporain et tres proche des chefs Ndaka-Makaya dit Ndaka Sousou du village de Ntiétié. de Tâ Koutémouka-Niambi du village de Mboukou,  de Linguissi-Tchicaya de Mpita.  Ainsi, le village Koumbi Bouilika fut un carrefour important sur la route du Royaume de Kakongo (Cabinda) et fit de son chef, notre ancêtre; un interlocuteur de premier plan! D’ailleurs,“la route royale”, qui partait de Bouali (Diosso), qu’empruntait le roi, traversait son village de part en part; avant Tchimani, Nkot’ Bitef’, Ndjeno, Fouta, Tchiamb’ Tchi Nzasi.
Sakala-Louisi dit l’Ancien eut quatre épouses: Nzaou Nissy de Diosso, Tchissimbou Tchingoma dit Mâ Sabole de Mpita, Mâ Tchibinda de Mboukou et Mâ Lab’line de Ngoyo, tante de Taty-Loutard. Du vivant de jean baptiste Taty-Loutard, on le vit souvent venir faire des offrandes (vin de palme et de noix de cola) au cimetière de Tchimbamba où fut enterrée sa tante, aux côtés de Louisi Sakala, son époux. les villages de Tchimbamba et Mpita abritent les sepultures de la plupart des membres de la famille Sakala-Lassy : Nfouk’ Lassy, Sakala-Louissi dit l’Ancien, Tâ Made Mva-Sakala, Sakala Louisy dit N’kouloutou, Tâ Nlil’ Moniô, Tâ Tchikouakou et Tâ Tchimaka.
Son frère Tâ Madenvo engendra Tâ Nlil’ Môgn’ qui le remplaca en tant qu’intercesseur entre les familles et le genie à Louayi-Tchimbamba et gardien du Loumvo.
Sa soeur Mâ Souami Fita engendra Georges Mbambi, propriétaire de l’immeuble qui abrite aujourd’hui le commisariat de police de Lumumba (Pointe-Noire), forcé de vendre sa maison à l’état dans les années soixantes.

Sa premiere épouse Nzaou Nissy fut de la tribu des “Bas’Boulolo Boukouani”; de la caste Tchilounga, les gardiens du pouvoir temporel, d’où notre proximité avec la famille royale de Diosso.  à ce jour, seuls les Bas’Boulolo peuvent introniser le roi et bien évidement en presence du Moé Moukougni, detenteur du pouvoir des ésprits de la foret! C’est le rôle qui est dévolu à Tâ Tchitembo de Diosso. Tâ Tchitembo et Mâ Ndoulou sont les enfants de Mâ Nissaou, la sœur cadette de Nzaou Nissy; épouse Louisi Sakala dit l’Ancien.                                                     L’ancien membre de l’Uneac, l’écrivain Jean Kali-Fayette; fils de Mpita, fut un fils de la meme famille.

Pour récapituler, comme Louis Sakala dit Nkouloutou et Ngombi henriette sont cousins avec Tâ Tchitembo et Mâ Ndoulou , de par leurs mamans; par conséquent, Delphin Makaya se révèle être le petit-fils maternel de Tâ Tchitembo. Albert Bimi Sakala le neveu paternel de Tâ Tchitembo.

Au Regard de ce qui précède, l’on peut aisément faire le constat d’une famille ayant une assise prépondérante et des racines profondément enfouies dans la région du Kouilou, à travers son église (le Christianisme Prophétique en Afrique) ; une famille dont l’une des préoccupations cardinales résident dans la nécessité d’agréger les filles et fils de cette région, faisant ainsi preuve de patience et d’accommodation. En somme, une famille éprise de tolérance et de paix. D’où son incompréhension d’avoir été longtemps marginalisée, alors même que la légendaire hospitalité dont jouit cette région à l’égard d’autres Congolais et d’étrangers n’est plus à faire.                                   N’est pas là une preuve indéniable de la transcendance Vili.
Si Pointe-Noire est aujourd’hui un havre de paix pour tous, nous le devons tous à ces familles qui servent à la fois de ciment et de tampon.
Se pose donc la question du rôle de spectateur auquel cette famille est reléguée, eu égard à la gestion de leur région et de leur ville. toute proportion gardée!

 Albert Bimi Sakala (France)

 

Education CNK |
abdelhay aloui |
Le Blog Note d'Omer NTOUGOU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GOUVERNANCE / GOVERNANCE
| cees
| arebroussepoil