sakalabimi

Bienvenue sur mon blog

Vivement la jonction du port de Pointe Noire et Matadi

Classé dans : Non classé — 12 novembre, 2014 @ 7:42

004082009122643000000JA2533p012  La future et nécessaire liaison ferroviaire des deux ports sous régionaux de Pointe noire au Congo et de Matadi en RDC devrait mobiliser les dirigeants de ces deux pays en priorité….
Pour booster cette zone commerciale majeure qu’est les rives du Stanley Pool….
L’Afrique de l’ouest l’a fait avec l’ambitieux chantier du chemin de fer de la boucle du Niger: Cotonou(Benin), Niamey(Niger), Ouagadougou(Burkina) et Abidjan(Côte d’ivoire)…
L’Afrique australe n’est pas en reste avec le chemin de fer entre le port de Mombassa au Kenya) et Kampala en Ouganda.
L’harmonisation de notre chemin de fer CFCO, aux normes internationales, par la normalisation de l’écartement de ses rails et des essieux de ses trains….
Pour remplacer ce tortillard qui nous sert de train, avec les difficultés de s’approvisionner en locomotives et wagons d’occasions, et l’impossibilité d’un transport ferroviaire transfrontalier, avec les pays voisins….
Voila à quoi devait s’atteler la direction des grands travaux, au lieu d’arbitrer les constructions des mairies d’annexe et des caniveaux….
Le prolongement du Cfco de Pointe noire à Bangui devrait être la priorité et faire de Pointe noire et Matadi des ports complémentaires et supplétifs des villes de Kinshasa et Brazzaville: Un hub économique majeur…

Sachant que l’Angola construit un port à Malongo, au Cabinda, pour s’affranchir de sa dépendance du port de Ponte Noire, et la RDC agrandit son port de Banana, à l’embouchure du fleuve Congo..

Faisant de cette zone du Golfe de Guinée un vrai terminal portuaire….

Un autre tracé via Banana et Cabinda pourait être envisager, qui correspondrait encore plus à une intégration sous régionale..
L’option du transit par Kin-Brazza servirait à créer un grand bassin économique comme la Ruhr en Allemagne, toutes proportions gardées..

Sinon, l’autre option, d’un tracé Matadi-Muanda-Cabinda-Pointe-Noire, qui à l’avantage de ne pas imposer  le passage immédiat de toutes les infrastructures congolaise à un gabarit international puisqu’il ne serait pas obligatoirement interconnecté à notre réseau.
La transformation du réseau congolais pourrait être différée.

N’empêche, c’est un marché de plusieurs millions de consommateur à relier….
Mais ça, ça demande une vision et de l’ambition de la part de nos décideurs….
Pas la stratégie bridante et moyenâgeuse de l’infiniment petit qui nous est servit actuellement….

Pointe noire, la capitale du Kouilou… Cet Eldorado

Classé dans : Non classé — 11 novembre, 2014 @ 10:11

10253837_887548154604488_8118797971073321033_n                                                                                                                                                                      J’ai toujours répondu,
à ceux qui pensent qu’il est impossible d’instaurer un impôt sur le patrimoine au Congo…..
Que le recoupement des informations,

du service du domaine qui délivre les titres fonciers, des mairies qui s’occupent des permis d’occuper, et de la direction de la construction et de l’habitat, qui délivre les autorisations et certifient les plans:  peuvent servir de début de piste, sinon d’ ébauche. Toutes ces statistiques permettront,  de dresser un ficher nationale des propriétaires immobilier.

Quelque soit la volonté de certains de se soustraire à leur devoir citoyen, les chefs de quartiers et de bloc peuvent jouer aux supplétifs des impôts et contributions indirectes… .

De toutes les façons, dans un soucis de justice et d’équité,
cet impôt ne doit concerner que la seconde résidence… et les suivantes!
Sachant que la majorité des congolais ne possèdent qu’une maison…
D’où la résidence principale ne doit pas être pris en considération dans ce calcul….
Pour protèger les plus précaires et les plus faibles d’entre nous,
Un moyen ou une forme de redistribution artisanale par le payement d’un impôt de solidarité, à la collectivité.

Face à ce boom immobilier..
Toutes ces maisons et immeubles, qui poussent partout au Congo,
ce patrimoine immobilier et foncier que certains congolais ont accumulé depuis que le vol et l’impunité, sont érigés en mode de gouvernement et de gestion,
et surtout de l’impossibilité et la difficulté actuelle de transférer et virer les fonds en occident…. (bonne gouvernance et traçabilité financière de l’argent sale)… La moindre des choses..
L’équité nous commande, à défaut de demander ou de justifier la provenance et l’origine de leur richesse,
qu’ils payent au moins cet impôt de justice….

L’autopsie d’un avilissement …

Classé dans : Non classé — 11 novembre, 2014 @ 9:51

1620867_841562432536394_675318954_n  Günther Anders dans son livre : « Die Antiquiertheit des Menschen » (L’obsolescence de l’homme) qu’il publie en 1956 , écrit à la page 122 ceci :
« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur (qu’il faudra entretenir) sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

Le rond du Mess de garnison

Classé dans : Non classé — 10 novembre, 2014 @ 3:58

1920138_835906653101972_1120777856_n  Le rond point du Mess mixte de garnison devait mériter un aménagement ambitieux.

Débouché des avenue Stephane Tchitchele( Hopital militaire),

Avenue Dadet (College Monseigneur Carie),

l’avenue de Mbinda(Télé-Pointe noire) et de l’avenue Opanghaut( Camp 31 juillet),

Ce giratoire tourne le dos au quartier SIC Tchitchele et au Marché centrale, nécessiterait qu’une voie soit créer entre le bâtiment du Mess et le château d’eau de la SNDE.

Cela arrimera le centre ville et la cité par le prolongement de l’avenue du 13 août 63….

D’où une perspective pour les véhicules venants du Port par l’avenue de Loango, jusqu’au quartier Saint Pierre,en passant par le Grand Marché. Désengorgeant du coup, des embouteillages, l’avenue Moé Kaat Matou et le carrefour des deux lycées!…

A l’inverse, cette voie drainera les véhicules venant de la rue du Kouilou et de la case du Parti….. (dans l’optique du future aménagement de la route de Sounda et l’avenue Raymond Paillet)…

Un conseil municipale audacieux devait poser son droit de préamption, pour utilité publique, sur ce bout de terrain, qui appartient au Ministère de la défense….

Au lieu de vouloir créer des villes nouvelles, commençons deja à améliorer, bâtir, organiser et à aménager en rendant fonctionnelles celles qui existent!

 

Mais malheureusement, l’actuelle voie construite entre le château d’eau et l’Hôpital militaire, créera un bouchon à cet endroit, au lieu d’en régler le problème….

Mais qui a dit que la recherche des solution était une priorité de du maire Bouity Viaudo?

Et pour ça, il y a du boulot…

L’avenue Tchikoungoula à Mbota-Voungou

Classé dans : Non classé — 10 novembre, 2014 @ 3:35

L’avenue Tchikoungoula est une voie carrossable,

parallèle à l’avenue de l’Indépendance dans l’arrondissement 3 Tiétié,

qui part de Patrat, et enjambe les rails au niveau de l’Armée du Salut de Loussala,

puis passe par Voungou, où il croise l’avenue de la Liberté,

se prolonge devant le marché de Voungou,

traverse la rivière Mbota-Voungou à gué,

après croise l’avenue de Sémbé( avenue de Coo.ma.pont- Mbota à Bissongo).

Elle continue sa course devant l’école 8 fevrier, le poste de police et l’église Saint André, la station d’essence, puis le marché de Mbota,

où il croise l’avenue de la Paix-Louemba Tchilo( avenue de Foucks à Mbota Carlos),

Elle est obstruée par la zone marécageuse, avant de déboucher sur l’avenue Mâ Loango( avenue de Roy à Nkouikou).
Voici un axe prioritaire qui dessert plusieurs quartiers enclavés de Pointe noire, avec la possibilité de le prolonger jusqu’à la mairie et l’hôpital de Louandjili par l’avenue de la corniche . Arrimant ainsi les quartiers de Nkouikou, Tchiniambi-Tchibati, Mbota, Voungou, Bissongo, Loussala et Patrat à la Nationale 1,

sans passer par l’encombrée et saturée avenue de l’Indépendance!
Que fait le Député-Maire de cette circonscription ou commune, pour que les pouvoirs publiques s’attèlent enfin à ce projet nécéssaire pour la mobilité des habitants de cette vaste zone?

 

Sachant que, pour aller au cimetière de Nvindoulou, tous les habitans de ces queartiers n’ont quer l’avenue de l’indépendance pour itineraire…

Ces populations en plus, auront ainsi le choix d’utiliser plusieurs marchés, crèches, colleges, dispensaires, écoles, églises, etc1922094_835933606432610_272452018_n Mais, ça, c’était avant. Après l’avoir plusieurs fois demander à la mairie de Pointe noire, les Grands travaux l’on fait:

merci Mr Jean Jacques Bouya……

Le Rond point de Louandjili

Classé dans : Non classé — 10 novembre, 2014 @ 3:18

Le rond point de Loandjili, dans sa configuration actuelle, est un goulot d’étranglement…

Un vrai point noir de la circulation routière de la ville de Pointe noire….
L’embouteillage sur l’avenue Raymond Paillet, prend sa source depuis le rond point de l’hôpital de Loandjili jusqu’à celui de Sympatic bar à Mvoumvou…
il serait judicieux de créer une voie sinon deux voies à partir du RP de Louandjili, qui déboucherait à Songolo  l’Abattoir, pour diriger les véhicules qui vont au cente ville et au port, vers l’avenue du Havre et de Loango ( la zone  industrielle)….

A défaut de nécésaires expropriations, et vu l’occupation des terrains à cet endroit, deux rues doivent être en sens unique:

Celle de la Poste et de la Mucodec en voie d’accélération au Rond Point, et la rue de la Poste en voie de sortie du Rond Point…..

Un grand giratoire devait faire place où une artère à 2×2 voies déboucherait et serait préférable.

D’où l’absolue nécessité de remplacer les îlots multiples du carrefour de Loandjili par un grand giratoire.

Et que dévier la circulation venant de ce RP vers le centre ville par l’avenue Jacques Opangault ou vers le port par l »axe avenue du Havre l’avenue de Loango allègerait considérablement le trafic transitant par la case du parti…..
Pour mieux endiguer le flot de véhicules venant de Mongo Kamba, Nkouikou et marché Faubourg…

Prévenant ainsi en amont, les bouchons sur cette pénétrante qu’est l’avenue Raymond Paillet…
C’est à se demander si la recherche des solutions est une priorité pour les élus municipaux actuels…63078_836463206379650_631395614_n

Le marché centrale de Pointe noire

Classé dans : Non classé — 7 novembre, 2014 @ 2:25
photo marché central (2)                                                                                                                                                              Grand marché
« Mon souhait pour la nouvelle année 2014, que le maire de la ville de Pointe noire procède au déplacement de la station d’essence qui se trouve au marché central, arrondissement 1 Lumumba.
Coincée entre le bureau de Poste, les étals de puces vestimentaires et des vendeurs de quincailleries en PVC,
cette station d’essence est un danger pour les usagers du dit marché, en cas d’explosion ou d’accident.
Les bonbonnes de gaz, l’essence et le pétrole lampant qu’on y vend sont des combustibles inflammables.
Ajouter aux ballots de tissus, de puces, les quincailleries en PVC, le bois et les tôles des étals de commerçants, tout cela sont des puissants comburants, qu’une petite étincelle suffirait de tout embraser…
Oui, un incendie dans cet endroit confiné, très fréquenté, difficilement accessible des véhicules de pompiers à cause des embouteillages de l’avenue Victor Schoelcher, peut devenir un piège mortel.
En plus de la forte densité démographique du quartier, la difficulté de s’y mouvoir, les encombrement des trottoirs par les marchands, les tas d’ordures et d’immondices, des caniveaux à ciel ouvert….
S’y échapper et s’y mettre en lieu sûr, serait une gageure….
Sur ce, le maire de la ville doit-il attendre une autre catastrophe, après celui des inondations, avec un bilan humain plus grave, pour crier encore à la fatalité?……
Sachant que cette station appartient à la SNPC,  dont le directeur est un élu du peuple,  sensé le protêger….
Le Marechal Lyautey disait: « Gouverner, c’est prévoir »

L’urgente et nécéssaire délocalisation de la gare ferovière de Pointe noire

Classé dans : Non classé — 7 novembre, 2014 @ 1:51
Ville de Pointe noire:
N’est il pas possible de délocaliser la gare centrale CFCO du centre ville…
en la rapprochant des usagers, vers la citée…
décongestionnant ainsi le centre ville des embouteillages…
Maintenant loin du centre ville des centaine de taxi, à l’arrivée du train,
par la construction d’une nouvelle gare plus fonctionnelle…
Elle pourra être construite sur le terrain d’ EPB, entre l’avenue Marien Ngouabi et les rails au niveau du début de la piste d’atterrissage à l’OCH, limite Mboukou.
Sa géolocalisation, étant pratiquement au centre de la ville de Pointe noire, sera d’une accessibilité et d’une mobilité aisée.
La construction d’un grand giratoire à cet endroit desservira:
L’aéroport et les quartiers sud par la zone de la base militaire, l’OCH par l’avenue Charles De Gaulle prolongée,
la commune de Tiétié et Saint François par le quartier chic,
et le fond Tiétié par Marien Ngouabi, faisant du coup sauter le goulot d’étranglement du carrefour du château d’eau sur l’avenue Jean Felix Tchicaya…
avec des possibilités d’aménagement divers…(parkings, restos, locaux) commerciaux, ….)
Les prochains Plan d’Occupation des Sol et Plan local d’Urbanisme devrait tenir compte de ces impératifs….
 gare cfco

Le rond point de la case du parti PCT Pointenoire

Classé dans : Non classé — 7 novembre, 2014 @ 1:30
avenue de sounda (1)
2012: Le croisement de l’avenue de Sounda et Raymond Paillet à son croisement avec l’avenue Jean Felix Tchikaya au niveau de la Case du parti,
est un souci pour les automobilistes pontenegrins,
surtout aux heures de pointe…
Et cet embouteillage prend sa source depuis le rond point Sympatic bar et le carrefour de Louandjili.
Pourquoi ne pas faire prolonger cette avenue par le quartier S.I.C  Tchitchele?…
Dont la rue du Kouilou est le prolongement rétréci….
Une petite réquisition par expropriation de quatre parcelles, suffirait à débloquer ce goulot d’étranglement, pour corriger la mobilité à cet endroit…..
2014:
La même avenue de Sounda en 2014.
Les même embouteillages lors de ma publication en 2012 sur Congo Lovers
L’ancien bâtiment de menuiserie, a été surélevé… le terrain qui nous concerne est en encore en sursis…
Jusqu’à quand?
Que fait la municipalité actuelle?
D’ici qu’un immeuble s’élève à cet endroit, cela réduirait toutes les chances de prolonger cette axe pénétrante (avenue Raymond Paillet)…
Qui part depuis le rond point de Louandjli et celui de Sympatic, jusqu’au rond point Lumumba et vers le rond point du Mess de garnison, dans l’optique d’un prolongement de l’avenue du 14 août 1963, entre le Château d’eau et le MESS….
Après, on dira qu’on était pas au courant!
Pourquoi cet autisme?
Un aménagement ambitieux de ce carrefour devrait être initier…
Gouverner, c’est prévoir!….

Le cimetière de Mont Kamba est en sursis…

Classé dans : Non classé — 7 novembre, 2014 @ 1:11
1743667_841079312584706_1245322878_n                                                                                                                                                                      C’est imminent,
« ils » vont rasé le cimetière de Mongo kamba,
par cupidité… inconscience ou mépris..
C’est une stratégie délibérée, des décideurs de cette ville, qui est voulue et entretenue.
Pour que, comme ce terrain du cimetière de Mongo Kamba, devient un dépotoir, qu’il soit rasé et vendu…..
imaginons le prix du terrain à cet endroit, sachant que les limites de la ville arrivent à Mengo.
Ils se feront des couilles en or de cette opération foncière à venir….
Le cimetière de Mongo Kamba dans l’arrondissement 4 Loandjili est devenu une décharge publique…
Par absence de poubelle publique pour les riverains.
Ne pouvons nous pas avoir des lieux de mémoire, vu que les historiens ne publient pas sur l’histoire du pays..
Et que les hommes politiques ne publient jamais leurs mémoires…
Pourquoi cette amnésie collective, jusqu’à « effacer » les traces de ceux qui nous ont précédé….
A moins que cela soit une stratégie délibérée, des décideurs de la ville de Pointe Noire, voulue et entretenue, pour que, des habitants du quartiers, exaspérés de toutes formes de nuisances (repaire de voyoux et de voleurs apres avoir commis leurs forfaits, habitat des chiens érants, chats de goutières et rongeurs de tout genre),
se plaignent, en appelle aux élus….
Donnant le prétexte aux autorités de raser le cimetière…….
Imaginons le prix du m2 à cet endroit de la ville?
Sure que des couilles en or se feront de cette opération foncière à venir…..
Vu que la future rocade passera à cet endroit, faisant de cette porte de la ville un carrefour commerciale important…
Avec les parkings de la gare routière Nationale 1 et ungrand marché….
Le cynisme et la cupidité on atteint des sommets chez nous…
Plusieurs cimetières ont été rasé, par le même procédé…..
Mbota village, Mvoumvou, Mvoungou, quartier chic en face du dispensaire de Tiétié, Mboukou, étant en sursis…(où est enterré Thystère), Siafoumou, Même ceux de Tchimbamba où est enterré Nfouka Lassy, Ngoyo et Mpita sont aujourd’hui menacés!
N’en parlons même pas du cimetière du centre ville, aux terrains si convoités…
L’impossibilité de clôturer ces cimetières, par ce que pratique interdite par la tradition Bantou, les exposent, aux appétits mercantiles….
D’où la difficulté de se protéger des prédateurs fonciers, parfois des membres de la famille, ou quand ce n’est pas des élus de l’état tout simplement….
N’est il pas possible de mettre un système de concession, de durée de 50 ans ou plus?
Et que les tombes non entretenues soient réaffectées, après être vidés, et les restes déposés dans un ossuaire ou tout simplement incinérer?….
Les cimetières de Passy et de Père Lachaise qui font la renommé de Paris ont été entretenus…..
Des sépultures datant de l’arrivée des premiers conquistadors en terre sud américaines, existent toujours..
A plus forte raison, un cimetière qui ne date que des années 60.
Même les bois des cercueils et les linceuls ne sont pas encore bien rongés par les termites…
C’est ça aussi la mémoire d’un peuple
Dans son livre, « les contes d’Amadou Koumba », Birago Diop publia une nouvelle: « Sarzan ».
C’est l’histoire d’un tirailleur sénégalais de retour de la guerre, ne respectait rien, n’écoutait personne… méprisant tout le monde.
Parce que: intouchable, dînant à la table du commandant de cercle blanc,
Mais un jour, assis sous le grand arbre, au centre du village, senti une main qui le tapota l’épaule…
Il se retourna et ne vit personne…
Quand il refit face à son auditoire, une lueur bizar brillait dans ses yeux:
Il était devenu fou.
Le maire de Pointe noire Bouiti Viaudo qui vient d’être reconduit, après 2 mandats, par la seule volonté du couple présidentiel, est une plaie pour cette ville océane, par son autisme, sa surdité et sa cécité dans ses rapports avec autrui…
Et la ville en paye le lourd tribut…
Peinant à sortir de cette torpeur pour rentrer dans son siècle, comme ses voisine africaine, telles que Cotonou, Dakar et Libreville, pour ne citer que celles là!
Non seulement il s’obstient dans sa logique de l’infiniment petit…
(la chaussée sur le pont de la raffinerie entre le premier camp et le deuxième, étant défoncée, est en cour de réhabilitation.. Mais dans les même dimensions.
Or, le bon sens serait que cette chaussée soit élargie et en deux voix, vu l’avenir prometteur et ambitieux de cette zone: prolongement du port autonome. Et de l’urbanisation et la densité actuelle de ce quartier! 40 ans après, le maire reproduit ce que ses prédécéseurs ont fait en 1970. Bien que l’espace ne fait pas défaut et qu’aucune expropriations n’étaient à prévoir)
Aujourd’hui, le terrain du cimetière de Mongo Kamba a été vendu au groupe ENI, pour en faire son centre logistique.
Comme s’il manquait de l’espace à Pointe noire et au Kouilou.
Donc les pontenegrins ne doivent pas avoir un lieu de mémoire?
Où est passé notre culture bantou, le Kimountou sur le respect de nos morts et nos ancêtres?
Comme dans le roman de Birago Diop, personne ne peut envoyer un esprit malfaisant aller lui tapoter l’épaule à ce maire arrogant?
Albert Sakala Bimi (France)
123
 

Education CNK |
abdelhay aloui |
Le Blog Note d'Omer NTOUGOU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GOUVERNANCE / GOVERNANCE
| cees
| arebroussepoil